Clap de fin pour la D3

Ce dimanche marquait le dernier match de la saison pour l’équipe B des Cougars.
En effet, déjà éliminés des play-offs suite à leur défaite la semaine précédente face aux Nighthawks de Croissy, les Cougars avaient malgré tout à cœur de bien terminer cette saison face à la seule équipe qu’ils ont battu cette année, les Conquérants de Caen.

Après un voyage quelque peu épique et une arrivée tardive ; c’est une équipe B très diminuée en terme d’effectif qui se présente sur le stade caennais.
Dans une chaleur étouffante, les félins reçoivent et démarrent en attaque.
Une fois n’est pas coutume, celle-ci ne perd pas de temps à se mettre en route et alterne les gains à la fois sur course et sur passe et c’est tout naturellement que le QB Vincent Zouahoui trouve son receveur Guillaume Sainten pour le premier TD de la rencontre. Il en inscrira un deuxième en fin de rencontre. Le PAT est transformé et les Cougars mènent 0-7.
La défense des val d’oisiens est toujours aussi solide (4 interceptions sur le match et plusieurs sacks) et anihile toutes les tentatives des Conquérants.
L’offensive des félins retombe dans ses travers et se prend plusieurs fois les pieds dans le tapis redonnant trop souvent et trop vite le ballon à ses adversaires du jour.
Malgré les erreurs commises, l’attaque réalisera un nouveau drive lui permettant de scorer de nouveau sur une passe. 0-14 ; c’est sur ce score que sera sifflée la mi-temps.

Les visages sont marqués et les blessures s’accumulent chez les Cougars et les coachs savent que le 3 ème quart-temps sera décisif pour pouvoir remporter ce match.
Contrat rempli des deux côtés du ballon avec 7 nouveaux points inscrits par l’attaque et une défense qui même si elle concède 6 points, tiendra le score jusqu’à la fin du match. Victoire 6-21.

Un grand merci aux OL/DL qui auront tenu tout le match en double plateau malgré la fatigue et la douleur.
Ce match marque la fin d’une saison qui se termine en eau-de- boudin pour une équipe qui n’aura jamais su exploiter tout son potentiel.
Il faudra une nouvelle fois tirer tous les enseignements de cette saison mais surtout être lucide sur ce qu’est être un joueur de football américain.
Porter un casque et une épaulière et s’entrainer (au mieux) 4 heures par semaine n’ont jamais fait de quiconque un footballeur.

Le football est un sport qui demande un engagement physique que trop de joueurs refusent par crainte de la douleur.
Mais celle-ci fait partie de ce sport : il faut apprendre à l’appréhender, la contrôler, la gérer pour la dépasser et continuer d’avancer : le fameux « no pain no gain ».

Le football demande une grande technicité qui ne peut être acquise que par la répétition, la systématisation de gestes et donc par la présence aux entrainements.
Trop de joueurs s’entrainent à l’économie ou sont dans une attitude de nonchalance qui n’est pas compatible avec ce sport de collision.

Le football exige une connaissance tactique importante pour être efficace sur le terrain, ce qui demande une implication de chacun : connaitre son cahier de jeu mais aussi les différents postes, formations, règles d’arbitrage… Ne pas simplement être consommateur du jeu mais devenir un acteur pour finalement être un véritable joueur.

Le football est un sport qui réclame une grande « coachabilité ».
On ne connait pas le foot après 6 mois, un an ou dix ans de pratique.
C’est un sport en perpétuelle évolution. Trop de joueurs ne supportent plus aucune remarque, refusent de remettre en question leurs habitudes et de fait ne progressent plus voire régressent.
Enfin, et c’est peut-être là le point le plus crucial, le football est un sport de solidarité.
Trop de joueurs ont abandonné cette équipe à son sort. Sur l’ensemble des joueurs blessés, convalescents, mythomanes et autres ; un seul a prévenu de son absence et seulement trois ont fait le déplacement…
Le potentiel de cette équipe reste énorme mais il faut que chacun mette son égo de côté et commence à ramer dans le même sens que son voisin.
Bonne continuation pour la suite.
Manu